Mamoutou Kone, jembefola à Bouaké

Les enfants perdus

Dans une grande ville comme Bouaké, il arrive souvent que des petits enfants -trois, quatre ou cinq ans, se perdent. En effet, dans cette ville, comme dans beaucoup d'autres en Afrique, les enfants, mêmes très jeunes, sont dans la rue toute la journée, parfois livrés à eux-mêmes. Danse enfantsCe sont souvent des enfants en vacance qui se perdent, ils ne connaissent pas la ville et sont eux-mêmes pas connus. Ils marchent, parfois sur de longues distances et se perdent.

Quand les parents s'apperçoivent de la disparition d'un enfant, et après un rapide tour du quartier, ils viennent voir un tapeur de jembé. Après négotiation sur le prix de la prestation, le tapeur prend un dunun et marche, d'abord dans les environs proches, ensuite sur un périmètre de plus en plus étendu. Volontairement, ce tapeur joue "en désordre", afin qu'on ne confonde pas son jeu avec celui d'une prestation festive. Généralement, un enfant est très rapidement retrouvé grace à cette méthode, avec laquelle aucun téléphone portable ne peut rivaliser, fut-il des plus perfectionné.

Le tapeur qui se propose est très discret dans les négotiations préalables avec les parents. Ce genre de prestation est en effet bien rémunérée, le montant de la récompense pouvant aller jusqu'à 10.000 CFA (15 Euros), ce qui est une grosse somme pour un joueur de dunun qui ne gagnera sans doute que 2 ou 3000 CFA en jouant dans une fête traditionnelle.

Les enfants retrouvés ce sont toujours réfugiés dans une cour, où ils ont parfois passé la nuit, et il est rare que l'on fasse appel à la police dans ce genre de situation.

Haut de page    Accueil

Trait droit
Copyright  |   Vie privée  |   Liens  |  Commandes  |   Partager FB  |   Mentions légales  |   Plan du site